Habitudes de vie, Posture, Prévention

COVID-19 : Prévenir les maux dus au travail de camionneur

Par Association des chiropraticiens du Québec 1

C’est bien connu, le métier de camionneur n’est pas de tout repos, surtout en temps de pandémie puisque ces travailleurs ne comptent plus les heures à sillonner les routes pour transporter des biens essentiels partout au pays. Les périodes prolongées dans une posture assise, les gestes répétitifs, les vibrations du véhicule et l’état de certains équipements font de ce métier un travail plutôt à risque de blessures neuromusculosquelettiques.

Voici quelques conseils pour diminuer les risques de douleurs associées aux longues heures passées sur la route!

Les problèmes du sacro-iliaque et de la sciatique

Le terme sacro-iliite désigne une inflammation des articulations sacro-iliaques, c’est-à-dire les articulations entre le sacrum et les os iliaques, au niveau du bassin. Cette affection est souvent causée chez le camionneur par le maintien d’une position assise sur de longues distances et par l’adoption d’une mauvaise posture de conduite. Elle peut être aggravée par l’utilisation d’un siège mal adapté ou en mauvais état. De même, le fait de porter son portefeuille dans la poche arrière du pantalon pourrait, à moyen et long terme, provoquer des problèmes au niveau du nerf sciatique, par compression.

La posture assise au volant

La façon de vous asseoir au volant est déterminante. En maintenant la colonne détendue et en position neutre, en évitant les rotations et les étirements excessifs, vous réduirez les postures à risque qui, à la longue, peuvent entraîner des problématiques.

  • Ne vous affalez pas dans votre siège! Pour réduire la pression exercée sur la région lombaire, le siège du conducteur doit être à peine incliné (100-110 degrés).
  • Ajustez votre siège afin que vos genoux soient légèrement plus bas que vos hanches et que vous soyez confortablement assis, le dos détendu et bien soutenu.
  • Réduisez la pression au niveau de la colonne en utilisant l’appui lombaire du siège du conducteur ou en utilisant un objet pour assurer un appui externe (coussin, serviette enroulée fixée au siège, etc.).
  • Réglez le volant de manière à pouvoir le tenir aisément en gardant les coudes le long du corps. Il doit se trouver à 25-30 cm du sternum.
  • Relâchez la prise sur le volant. Si vous êtes de ces conducteurs agrippés à leur volant, votre prise nuit à la circulation sanguine et augmente la tension musculaire.

Les vibrations

Même si elles ne sont pas nécessairement ressenties, les vibrations sont présentes. Or, les disques intervertébraux de la colonne deviennent plus vulnérables aux blessures lorsqu’ils sont exposés aux vibrations durant une période prolongée. Dans le but de minimiser les vibrations :

  • Assurez-vous du bon entretien de votre camion.
  • Vérifiez que les amortisseurs et les ressorts sont en bon état.
  • Les pneus doivent être en bon état et bien gonflés.
  • Le siège aussi doit être en bon état : la suspension du siège fonctionne bien, le rembourrage n’est pas trop usé et les ajustements du siège fonctionnent bien.

Préparation à l’effort

Après avoir passé plusieurs heures derrière le volant, les muscles présentent une fatigue et les disques intervertébraux sont plus vulnérables aux lésions. Il est donc important de prendre du temps pour préparer votre corps avant de faire un effort physique, tel le déchargement d’une remorque.

  • De simples actions telles que se tenir debout, marcher et s’étirer quelques minutes vous permettront de stimuler votre système neuromusculosquelettique pour diminuer les risques de blessures lors de l’effort physique.

Si vous respectez ces consignes, votre corps vous en sera gré tant derrière le volant qu’une fois rendu à destination!

Références

https://www.aphis.usda.gov/mrpbs/emssd/downloads/Driving_Ergonomics.pdf

https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/sante-securite/rapports/grande-distances.html

À propos de l'auteur
Autres articles de cet auteur
Association des chiropraticiens du Québec
L’Association des chiropraticiens du Québec (ACQ) est un organisme sans but lucratif existant depuis 1967. Dans le cadre de sa mission d’éducation grand public, l’Association des chiropraticiens du Québec met en œuvre des projets éducatifs et informatifs visant l’amélioration de la santé publique par des approches scientifiques, efficaces et non-invasives.
  1. Par Martine Desjardins

    Les chiropraticiens sont là avec vous, autant pour la Prévention que pour la Guérison des blessures neuromusculosquelettiques !!! Prenez soins de vous !!! Soyez prudents !!!

Laisser un commentaire